Galerie Des institutions face à l’Histoire

Les documents présentés ci-dessous sont en lien avec les articles accessibles ici.

Les nécessités de la guerre obligent les facultés à s’adapter pour assurer la continuité de leur service d’enseignement. En fonction des établissements, le personnel et les étudiants sont diversement atteints par la mobilisation en 1914 ; sur la longue durée de la guerre, elles subiront toutes les rigueurs du temps. L’ouverture et l’entretien des locaux (amphithéâtres et bibliothèque) oblige à composer avec les économies qui sont imposées. L’organisation des cours doit aussi être revue, autant pour remplacer les professeurs mobilisés, que pour adapter le contenu des enseignements aux évolutions juridiques provoquées par la guerre. Si les liens scientifiques et académiques avec l’Allemagne se rompent, les facultés françaises vont chercher ailleurs de nouveaux contacts, près des pays alliés.

Des facultés dans la guerre

Bouleversements et adaptations

 

 

Maintien d’une continuité

 

 

Organisation des cours

 

 

Des figures qui s’imposent

 

 

Relations internationales

Dès avant guerre, les facultés de droit françaises ont des relations avec des universités dans différents pays du monde. Rapprochements et affrontements intellectuels se jouent au sein de cette sphère scientifique en plein essor. Naturellement, les universités et leurs facultés en viennent à s’inscrire dans les relations internationales et constituent souvent un terreau idéologique nourrissant l’action politique.
Les documents de cette rubrique mettent en lumière l’aspect diplomatique de leur combat pendant la guerre : une mission de propagande visant à emporter l’adhésion des élites intellectuelles étrangères.
 

 

Les bibliothèques

 

Des lieux et des personnes

 

 

Un fonctionnement particulier

 

 

Des institutions mobilisées