Category: La guerre des juristes

La guerre des juristes

La faculté de droit de Paris dénonce la violation du droit des gens par l’Allemagne

Dès le début de la Grande Guerre, les professeurs de la faculté de droit de Paris ont dénoncé la « violation de tous les principes » du droit des gens par les Allemands, notamment l’atteinte portée à la neutralité de la Belgique qui était garantie par des traités auxquels avait souscrit la Prusse. Le chancelier Bethmann-Hollweg, « descendant d’un des professeurs de droit les plus connus de l’Allemagne » (Moritz Bethmann-Hollweg, un des disciples de Savigny) n’avait-il pas dit que « les traités ne sont que des chiffons de papier » ? Cette « parole impie » fut rappelée par le doyen Larnaude lors du discours prononcé devant ses collègues le 7 novembre 1914 la veille de la reprise des cours. Ce texte enflammé de patriotisme, qui nous est connu par les registres de lapour lire la suite…

La guerre des juristes

Des usages de la guerre dans la controverse publiciste

Les prises de position doctrinales des juristes sont directement impactées par le conflit. Une double relecture de la pensée juridique s’effectue : du fait de la guerre, par la redécouverte et la mise en avant de l’opposition radicale de la doctrine française et allemande du droit et de l’État, mais aussi par rapport à la guerre, selon une entreprise de labellisation et de dénégation de certains engagements théoriques qui peuvent être diabolisés à partir de leur parenté supposée avec la doctrine d’outre-Rhin. Les clivages sont dans ce cas réinterprétés en se servant des passions et de l’affectivité générées par le conflit. Si, sous le premier aspect, la doctrine juridique est donc clairement instrumentalisée au service de la victoire de la nation, sous le second, c’est aupour lire la suite…

La guerre des juristes

La propagande juridique et la Grande Guerre : l’exemple des Sciences juridiques et politiques de Ferdinand Larnaude (1915)

En 1915, l’exposition universelle quitte le Vieux Continent pour les États-Unis ; ce n’est pas une première, puisque Philadelphie, Chicago et Saint-Louis avaient déjà accueilli cet évènement auparavant. Tout juste remise du terrible séisme de 1906, c’est la ville de San Francisco qui est cette fois choisie pour recevoir les exposants des vingt-quatre pays participants ; entre mars et décembre 1915, elle accueillera environ dix-neuf millions de visiteurs. L’événement, comme toujours, est articulé autour d’un grand thème. Pour cette itération, c’est le canal de Panama, achevé et inauguré un an plus tôt, qui est à l’honneur : l’exposition est renommée « Panama-Pacific » pour l’occasion. En effet, ce canal, dont les titanesques travaux ont débuté en 1882, a permis une extension sans précédents du commerce maritime et participe au fortpour lire la suite…

La guerre des juristes

Les réflexions d’un professeur de droit bordelais sur la liberté d’opinion : Duguit et la censure de presse durant la guerre de 1914-1918

La propagande occupe une place de choix dans l’histoire de la Grande Guerre, par son caractère à la fois total et spectaculaire. Aujourd’hui encore, peu de manuels scolaires abordent les années 1914-1918 sans mentionner l’expression « bourrage de crâne », décrivant le ton médiatique unanime et omniprésent au début du conflit, exacerbant l’héroïsme et les atouts nationaux tout en diabolisant – voire en ridiculisant – l’ennemi allemand. L’enjeu principal est alors de convaincre les citoyens de la justesse et du bien-fondé de la guerre. La censure, versant négatif et complémentaire de la propagande, se montre une institution tout aussi totale. Totale, car le contrôle qu’elle exerce s’étend à l’ensemble des acteurs politiques (membres du gouvernement, partis politiques), à la totalité de la production écrite (presse et édition)pour lire la suite…

La guerre des juristes

Jules Jacquey (1852-1927) : peut-on résister à l’occupant par le droit ?

La carrière de Jules Jacquey touche à sa fin lorsque la guerre éclate, une carrière qui s’est déroulée exclusivement à Lille depuis qu’il y a été nommé en 1885, année qui a suivi son succès à l’agrégation. Cet ancrage est assez rare pour un natif d’une autre région, en l’occurrence la Haute-Saône. Sans doute faut-il y voir l’effet de son mariage, célébré à Bergues en 1885 car l’épousée est issue d’une famille enracinée dans les Flandres. En cette fin d’été 1914, effrayés par les rumeurs de barbarie colportées par les réfugiés venus de Belgique, les juristes – magistrats, avocats et professeurs -, ont pris, nombreux, le chemin de l’exode. Au mois d’octobre, seuls quatre enseignants sur les seize que compte la faculté de droit sontpour lire la suite…