Présentation

La réflexion sur la Première Guerre mondiale a emprunté diverses voies historiographiques. Ce conflit a été perçu depuis cent ans de manière militaire, diplomatique puis dans sa dimension sociale et culturelle. Il a été donné à voir, notamment par la restitution de nombreux témoignages, le quotidien des acteurs de la guerre, sur le front, dans les tranchées et à l’arrière. C’est à certains des acteurs, étudiants et professeurs de facultés de droit, que cette exposition virtuelle s’intéresse.

Traiter de l’histoire des facultés de droit de Paris et de Toulouse pendant le premier conflit mondial, c’est faire le choix de considérer ces institutions comme imbriquée dans un temps social, économique, intellectuel et politique mais également traiter d’histoires du droit diverses et complémentaires de ce premier quart du xxe siècle. Ce temps doit aussi être éclairé à la lumière des évolutions de la science du droit, notamment des réflexions intellectuelles liées à la guerre, d’une communauté particulière, celle d’enseignants parisiens et toulousains, tant comme un entre-soi que de juristes en réseaux et en relation en Europe.

« Capitale du droit » (Paris) et Faculté de province (Toulouse) prennent position sur le « front du droit ». C’est à saisir et comprendre la Grande Guerre à travers des juristes, leurs actions, leurs discours et leurs idées au sein des deux institutions considérées séparément ou comparativement que cette exposition virtuelle entend apporter quelques lumières nouvelles. Elle n’est pas à proprement dit une histoire des facultés de droit pendant la Première Guerre mondiale. Elle n’est pas non plus une histoire sociale des étudiants et des enseignants. Par le prisme de certaines thématiques fortes, elle souhaite davantage interroger le quotidien d’acteurs qui forment ou qui ont été formés au sein d’une institution, les possibles tensions entre position scientifique et discours patriotique, la mobilisation dans la guerre du droit et l’engagement pour la construction de la paix, l’affirmation d’un discours par le vecteur d’une autorité décanale et l’expression rhétorique de conceptions du droit ou encore de la fabrique d’une mémoire institutionnelle.

Ce site est une exposition virtuelle. L’internaute y trouve, au centre de la page d’accueil, et dans les onglets du haut, un accès aux différents articles, réunis par thèmes. Sur la droite, une série de galeries : avec toujours un renvoi vers les textes précédemment évoqués, elles présentent les documents, iconographiques ou textuels, qui illustrent, complètent et fondent ces analyses. Un ordre, qui a semblé logique aux créateurs de l’exposition, est proposé. Libre à l’internaute de le suivre ou non.


Bibliographie sélective des plus récents travaux

F. Audren, J.-L. Halpérin, La culture juridique française. Entre mythes et réalités. xixexxe siècles, éd. CNRS, Paris, 2013.

A. Deperchin, Le Journal de Guerre de Pierre Malicet – Un magistrat des territoires occupés pendant la Première Guerre Mondiale, Texte présenté et annoté, Lille, 2016.

Deroussin (sous la direction de), La Grande Guerre et son droit, Lextenso LGDJ, Paris, 2018.

O. Devaux et F. Garnier, Ceux de la faculté : des juristes toulousains dans la Grande Guerre, coll. « Étude d’histoire du droit et des idées politiques », n° 24, Toulouse, 2017.

F. Girbault, Le Barreau de Paris dans la Grande Guerre, Paris, 2016.

J.-L. Halpérin (sous la direction de), Paris, capitale juridique (1804-1950). Étude de socio-histoire sur la Faculté de droit de Paris, Paris, 2011

Le droit public et la Première Guerre mondiale, Jus Politicum, n° 15, janvier 2016.

Des juristes face à la guerre : point de vue franco-allemand, Clio@Themis, n° 11, novembre 2016.

Les juristes et la Grande Guerre, Revue d’Histoire des Facultés de Droit et de la culture juridique du monde des juristes et du livre juridique, n° 35, 2015.