Contributeurs


Imprimer


Frédéric Audren

Frédéric Audren est directeur de recherche au CNRS (Centre d’études européennes) et professeur à l’École de droit de Sciences Po. Il est actuellement professeur invité à la faculté de droit de l’Université libre de Bruxelles. Il a publié de nombreux travaux sur l’histoire du droit et de la science juridique. Consulter sa page personnelle.

Pierre-Nicolas Barenot

Pierre-Nicolas Barenot est maître de conférences en histoire du droit à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne et membre du CerCrid (UMR 5137).

Publications récentes

  • « De quelle pensée juridique faisons-nous l’histoire ? Réflexions autour de quelques données bibliométriques », Clio@Thémis, n° 14, 2018.
  • « Ferdinand Larnaude, Les sciences juridiques et politiques. La science française », Revue trimestrielle de droit civil, 2017, p. 928.
  • « L’alphabet du droit : la lexicographie juridique et le profane », dans L. Guerlain et N. Hakim (dir.), Les littératures populaires du droit, sous presse.
  • « Plagiat ou Science ? : L’affaire du répertoire de Guyot », Revue d’histoire des facultés de droit, de la culture juridique, du monde des juristes et du livre juridique, à paraître.

Marie Bassano

Marie Bassano est professeure d’histoire du droit à l’Université Toulouse Capitole. Parmi ses champs de recherche, elle s’intéresse à l’histoire de l’enseignement juridique (page personnelle).

Kevin Brémond

Kevin Brémond est doctorant en Histoire du droit à l’Université de Bordeaux. Dans le cadre de sa thèse, il étudie l’image des Facultés de droit dans la presse quotidienne d’information nationale sous la Troisième République. Son travail porte plus généralement sur la perception des phénomènes juridiques par les non-juristes ainsi que la formation d’une culture populaire du droit.

Anne-Sophie Chambost

A.-S. Chambost, professeure des Universités, université Jean-Monnet de Saint-Étienne, membre du CerCrid (équipe Sciences, Innovation et Démocratie). Historienne du droit, je m’intéresse à l’histoire de la pensée juridique (xixexxe siècle) considérée à travers les processus de diffusion et de circulation des savoirs juridiques, ainsi qu’aux rapports du droit avec la pensée politique. Consulter sa page personnelle.

Dernières publications

  • « Un aspect de la mobilisation des esprits dans le combat du droit. La répression des pacifistes et des antimilitaristes pendant la Grande Guerre », dans D. Deroussin (dir.), La Grande Guerre et son droit, Paris, Lextenso – LGDJ, 2018.
  • « Guerre du droit, droit de la guerre. La faculté de droit de Paris, observatoire de l’enseignement supérieur en guerre », article rédigé avec A. Gottely, Revue d’histoire des sciences humaines, n° 33 (Après 1918. Reconfigurations des savoirs en sciences humaines et sociales), à paraître.

Fatiha Cherfouh-Baïch

Fatiha Cherfouh-Baïch est maître de conférences en droit à l’université Paris-Descartes. Ses travaux portent essentiellement sur l’histoire de la pensée et de la doctrine juridiques à l’époque contemporaine. Elle s’intéresse notamment à la question de la neutralité des juristes, en temps de guerre ou de paix.

Quelques éléments bibliographiques

  • « L’histoire pour les juristes en 1914-1918 : havre de paix ou arme de guerre ? », dans D. Deroussin (dir.), La Grande Guerre et son droit, Paris, LGDJ, 2017, p. 35-48.
  • Le juriste entre science et politique : la Revue générale du droit, de la législation et de la jurisprudence en France et à l’étranger (1877-1938), Paris, LGDJ, 2017.
  • « La neutralité du discours des juristes face à l’Allemagne durant la Première Guerre mondiale », dans S. Mazauric (dir.), Les savants, la guerre, la paix, Éditions du CTHS, 2013, version électronique, p. 68-80. Consulter le document.

Philippe Delvit

Philippe Delvit est professeur des Universités (université Toulouse-1-Capitole). Il est en particulier chargé de la direction de la Mission archives. Parmi les domaines de recherche parcourus, il s’intéresse aux deux guerres mondiales relativement à la mobilisation des hommes, des ressources, de la société globale. Il porte aussi son intention aux impacts multiples sur le droit, un droit qui n’est alors plus celui du temps de paix.

Olivier Devaux

Olivier Devaux, professeur d’histoire du droit et des institutions à l’université Toulouse-1-Capitole.

Axes principaux de recherche

  • histoire de l’enseignement ;
  • histoire des idées politiques (xviiiexixe siècle) ; histoire des institutions judiciaires.

Concernant les publications touchant le thème de l’exposition virtuelle consacrée à la Premier Guerre mondiale

Deux ouvrages avec Florent Garnier :

  • Ceux de la faculté : des juristes toulousains dans la Grande Guerre, coll. « Étude d’histoire du droit et des idées politiques », n° 24, Toulouse, Presses de l’université Toulouse-1-Capitole, 2017, 572 p.
  • Mémoire de la Grande Guerre. La fabrique du Livre d’or de la faculté de droit de Toulouse, Presses de l’université Toulouse-1-Capitole, 2018, 229 p.

Catherine Fillon

Professeur d’histoire du droit, Université Jean Moulin-Lyon 3.
Responsable de la base de données SIPROJURIS (Système d’Information des professeurs de droit, 1804-1950), elle a publié « De la chaire aux canons- Les engagements combattants des enseignants des Facultés de droit pendant la Grande Guerre » publié en 2015 à la Revue d’histoire des facultés de droit et de la culture juridique. Elle est commissaire de l’exposition consacrée à la Faculté de droit de Lyon dans la Grande Guerre, De la guerre du droit à la paix par le droit ? qui se tiendra à Lyon, à la Bibliothèque Universitaire de la Manufacture des Tabacs, du 18 janvier au 18 février 2019.

Florent Garnier

Professeur des Universités à l’université Toulouse-1-Capitole. Ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan, Florent Garnier est agrégé des facultés de droit et professeur d’histoire du droit à l’université Toulouse-1-Capitole. Ses champs de recherche s’intéressent aux institutions urbaines et à la fiscalité au Moyen Âge (droits savants et pratique) en tant que membre du Comité pour l’histoire économique et financière de la France ainsi qu’à la doctrine (xixexxe siècle). Il est co-responsable avec Nader Hakim (université de Bordeaux), de la rubrique « Bibliographie – Ouvrages historiques ou anciens » à la Revue trimestrielle de droit civil. Consulter sa page personnelle.

Publications récentes

  • O. Devaux et F. Garnier, Mémoire de la Grande Guerre. La fabrique du Livre d’or de la faculté de droit de Toulouse, Presses de l’université Toulouse-1-Capitole, 2018, 229 p.
  • « Des mémoires et des hommes », dans D. Deroussin et C. Lauranson-Rosaz (contributions réunies par), Mélanges en l’honneur du professeur Nicole Dockès, t. 2, Paris, La Mémoire du droit, 2018, p. 447-466.
  • O. Devaux et F. Garnier, Ceux de la faculté : des juristes toulousains dans la Grande Guerre, coll. « Étude d’histoire du droit et des idées politiques », n° 24, Toulouse, Presses de l’université Toulouse-1-Capitole, 2017, 572 p.
  • « Le doyen Hauriou et la création de l’école supérieure de droit de Clermont-Ferrand en 1913 », dans C. Marliac (contributions réunies par), Mélanges en l’honneur de Dominique Turpin. État du droit, état des droits, Paris, 2017, p. 395-408.

Vincent Genin

Vincent Genin est docteur en histoire et assistant à l’Université de Liège. Il est aussi visiting scholar du Max-Planck Institüt für europäisches rechtsgeschichte de Francfort. Spécialisé dans l’histoire des relations internationales de la Belgique aux xixe et xxe siècles, il consacre ses travaux à l’histoire du droit international durant la même période, concevant cette branche du droit comme une partie des sciences sociales. Auteur de plus de cinquante livres et articles dans ce champ, il publie les fruits de sa thèse en 2018 en deux volumes :

  • Incarner le droit international. Du mythe juridique au déclassement international de la Belgique (1914-1940), Peter Lang.
  • Le laboratoire belge du droit international. Une communauté épistémique et internationale (1869-1914), Bruxelles, Académie royale de Belgique.

Cette thèse est lauréate du prix Jean-Baptiste-Duroselle 2017 et du concours annuel de l’Académie royale de Belgique 2018.

Alexandra Gottely

Alexandra Gottely est conservateur des bibliothèques, responsable du service patrimoine & numérisation à la bibliothèque Cujas.

Quelques publications

  • « Guerre du droit, droit de la guerre. La faculté de droit de Paris, observatoire de l’enseignement supérieur en guerre », article rédigé avec A.-S. Chambost, Revue d’histoire des sciences humaines, n° 33 (Après 1918. Reconfigurations des savoirs en sciences humaines et sociales), à paraître.
  • « Paul Viollet bibliothécaire de la faculté de droit de Paris : entre réussites et pré carré », dans l’exposition en ligne Paul Viollet (1840-1914), bibliothécaire, professeur et historien du droit : un grand savant assoiffé de justice.
  • « De la bibliothèque de l’École de droit à la bibliothèque interuniversitaire Cujas », dans L’École de droit de la Sorbonne dans la Cité, IRJS, 2012.

Jean-Louis Halpérin

Jean-Louis Halpérin, né en 1960, docteur en droit (1985), agrégé d’histoire du droit (1988), professeur à l’université Lyon III (1988-1998), à l’université de Bourgogne (1998-2003) et à l’École normale supérieure (depuis 2003), membre sénior de l’Institut universitaire de France (2013-2018), directeur du Centre de théorie et analyse du droit UMR 7074 (université Paris-Nanterre – ENS – CNRS) depuis 2015.

Quelques publications

  • J.-L. Halpérin (dir.), Paris, capitale juridique. 1804-1950 : étude de socio-histoire sur la faculté de droit de Paris, Rue d’Ulm, 2011
  • F. Audren et J.-L. Halpérin, La culture juridique française. Entre mythes et réalités : xixexxe siècles, CNRS, 2013.

Vincent Laniol

Vincent Laniol est agrégé et docteur en histoire. Il a soutenu une thèse de doctorat d’histoire contemporaine en 2015 à l’université Paris 1 sur la phase préparatoire de la Conférence de la Paix de 1919. Il est actuellement enseignant au lycée Bernard Palissy de Gien dans le Loiret. Il a co-écrit en 2012 avec Alexandre Sumpf, Saisies, spoliations et restitutions. Archives et bibliothèques au XXe siècle, Presses universitaires de Rennes.

Marc Milet

Marc Milet est maître de conférences (HDR) en science politique à l’université Paris Panthéon-Assas, membre du Cersa (CNRS – UMR 7106). Il est l’auteur de nombreux travaux qui vont porté successivement en socio-histoire sur les interactions entre les engagements civiques et politiques des juristes puis sur les groupes d’intérêt et la fabrique de la loi (xixexxie siècles).

Récemment publié dans le champ

  • J.-M. Blanquer et M. Milet, L’invention de l’État : Léon Duguit, Maurice Hauriou et la naissance du droit public moderne, Paris, Odile Jacob, 2017.
  • « Léon Duguit et Maurice Hauriou dans la Grande Guerre », Jus politicum, vol. 8, 2016, p. 11-31.
  • « Les publicistes français et la Communauté européenne de défense, controverse doctrinale et engagement civique », Relations internationales, n° 149, 2012, p. 101-113

Pierre Moulinier

Ancien élève de l’École des chartes, il a été conservateur à la Bibliothèque nationale (département des périodiques) avant d’exercer une fonction de chargé d’études et de recherche au ministère de la Culture. À titre personnel, il s’est attaché à l’histoire du monde étudiant parisien au xixe siècle, sur lequel il a publié deux livres :

  • La naissance de l’étudiant moderne (xixe siècle), Paris, Belin, 2002, et
  • Les étudiants étrangers à Paris au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

Il travaille actuellement sur les étudiants de l’entre-deux-guerres en France, héritiers de la guerre, du nationalisme et de la crise.

Magali Perbost

Conservateur de bibliothèques et archiviste paléographe, Magali Perbost est adjointe au directeur de la direction des bibliothèques et de la documentation de l’université Toulouse-1-Capitole.
Elle a précédemment exercé à la BnF, notamment au sein du service de l’inventaire général, ainsi qu’au service du livre ancien du service inter-établissements de coopération documentaire de Toulouse.

Aux origines des collections patrimoniales des bibliothèques universitaires toulousaines. Toulouse 3. Toulouse, SICD, 1999 (Catalogue d’exposition).

  • Aux origines des collections patrimoniales des bibliothèques universitaires toulousaines. Toulouse 3. Toulouse, SICD, 1999 (Catalogue d’exposition).
  • « Le fonds de Villefranche-de-Rouergue à la bibliothèque universitaire de l’Arsenal (Toulouse-I-Capitole) ». Revue du Rouergue, 2000, n° 63, p. 137-162.

Guillaume Richard

Professeur d’histoire du droit à l’université Paris-Descartes, Guillaume Richard est membre de l’Institut d’histoire du droit (EA 2515). Ses travaux portent sur l’histoire de la pensée juridique contemporaine et sur l’histoire du droit public et du droit administratif contemporain.

Publications

  • « Effacer la guerre ? Une comparaison entre la France, la Belgique et l’Italie à propos de l’indemnisation des dommages de guerre », dans D. Deroussin (dir.), La Grande Guerre et son droit, Paris, Lextenso – LGDJ, 2018, p. 361-378.
  • Enseigner le droit public à Paris sous la Troisième République, Paris, Dalloz, 2015.
  • « Peut-on dépasser le droit civil ? Les controverses juridiques autour de la réparation des dommages de guerre (1914-1919) », Tracés. Revue de sciences humaines, n° 27, 2014-2, p. 57-72.

Antoine Sené

Antoine Sené est doctorant en histoire du droit à l’Institut de recherche Montesquieu (IRM) de l’université de Bordeaux. Il soutient une thèse intitulée Dans les tranchées du droit. Les professeurs de droit et la Grande Guerre (1914-1929) en décembre 2018. Ces travaux portent sur l’histoire de la pensée juridique. Auteur d’un mémoire sur la notion d’état de nécessité en droit pénal, il a également participé avec de jeunes chercheurs bordelais à l’organisation d’un colloque international sur le thème de L’histoire du droit, entre science et politique où il a présenté ses travaux sur le professeur de législations comparées au Collège de France, Jacques Flach.

Publications

  • Dans les tranchées du droit. Les professeurs de droit et la Grande Guerre (1914-1929), thèse en histoire du droit sous la direction de Nader Hakim, université de Bordeaux, 2018.
  • L’éclipse juridique de l’état de nécessité à l’époque contemporaine : de l’occultation à la révélation, mémoire de Master 2 en histoire du droit et des institutions sous la direction de Nader Hakim, université de Bordeaux, 2012.
  • « Jacques Flach et la Première Guerre mondiale : l’histoire du droit au service de la nation », communication au colloque international jeunes chercheurs : L’histoire du droit, entre science et politique, 15 et 16 octobre 2015, Bordeaux, article à paraître.