Category: Portraits de professeurs

Portraits de professeurs

La faculté de droit de Louvain : les professeurs en guerre

À la veille de la guerre, en 1914, la faculté de droit de Louvain compte quinze enseignants en activité. S’y ajoutent deux professeurs émérites. Une partie de ces professeurs exerce une autre activité que l’enseignement. Ils sont, pour une partie d’entre eux, engagés au sein du Parti catholique et le cumul avec l’exercice d’un mandat politique, au niveau local ou national, ou avec un poste ministériel est assez fréquent. La guerre affecte donc leurs activités à plusieurs titres. L’entrée en guerre et les événements d’août 1914 touchent de manière particulièrement brutale la ville de Louvain, et l’université plus encore. Le 2 août 1914, l’Allemagne transmet un ultimatum au gouvernement belge. Moins de quarante‑huit heures plus tard, les premières habitations sont incendiées près de la frontière allemande. Le 5 août,pour lire la suite…

Portraits de professeurs

Gloire et mémoires de Louis Boulard (1877-1914)

À l’été 1914, tout se conjugue pour faire de Louis Boulard un homme heureux sur tous les plans. Le cursus universitaire est sans faille. Après un doctorat soutenu à la faculté de droit de Paris en 1902, récompensé par un prix de thèse, il s’inscrit au barreau, tout en assurant des conférences dans ladite faculté. En 1907, il est nommé à Lille en suppléance du professeur André Giffard, envoyé en mission, et assure ses enseignements d’histoire du droit. D’emblée, Boulard s’impose comme un excellent pédagogue. En témoigne l’appréciation particulièrement élogieuse que porte le doyen Pilon, dont l’indulgence n’est pas la principale vertu, à l’issue de cette première année à Lille. Soulignant son érudition et son dévouement, il lui prédit un avenir brillant  : «  M. Boulard sera un professeurpour lire la suite…

Portraits de professeurs

Gustave Chéneaux, « rien que du bien à dire de lui »

Le 29 avril 1920, face à une assemblée d’étudiants et de professeurs de la faculté de droit de Bordeaux, le doyen Léon Duguit prononce un discours dans lequel il rend hommage et pleure la disparition de l’un de ses collègues, le professeur de droit civil Gustave Chéneaux. Publié par la suite, ce discours suscite chez le lecteur des sentiments contrastés, tant la volonté de justifier la boucherie qu’a été cette guerre transpire dans la parole de l’éminent juriste. Cela étant, les propos de Duguit sont empreints d’une véritable tendresse et d’une tristesse palpable lorsqu’ils s’attardent sur la personnalité de cet enseignant, « tué à l’ennemi » le 29 avril 1915 près de Verdun. C’est d’abord la simplicité du disparu, son opiniâtreté et sa force de travail quepour lire la suite…

Portraits de professeurs

Les mobilisations professorales : le cas de la Faculté de droit de Lyon

Dans un conflit militaire, les universités sont susceptibles de procurer à l’État dont elles dépendent des ressources de natures diverses. La première d’entre elles est de nature humaine, au travers des personnes de leurs étudiants et, celles, moins nombreuses, de leurs professeurs mobilisés militairement. Dans un pareil contexte, les universités sont encore susceptibles d’apporter des ressources scientifiques, dont les applications militaires peuvent parfois s’avérer déterminantes. Enfin, elles peuvent procurer des ressources symboliques non négligeables. La production intellectuelle, par le simple fait qu’elle persiste dans l’adversité, atteste la vigueur du pays belligérant ainsi que sa capacité de résistance à l’inévitable désorganisation engendrée par le conflit. Mais cette production intellectuelle peut encore, à sa manière, contribuer à l’effort de guerre en travaillant à consolider la résolution belliqueusepour lire la suite…

Portraits de professeurs

La mission américaine du professeur Geouffre de La Pradelle (1914-1917)

L’acte de violation de la neutralité des États belges et luxembourgeois, commis par l’Allemagne dans les premiers jours du mois d’août 1914, a puissamment contribué à façonner une représentation du conflit dans laquelle la France et ses alliés ont eu beau jeu de se poser en vertueux champions du droit menacé par la barbarie germanique. Mais il a eu, aussi, pour effet paradoxal de placer les pays neutres au cœur de cet affrontement où ils refusaient d’entrer militairement. Car l’attitude désinvolte de l’Allemagne à l’égard de deux États bénéficiant d’un pareil statut, reconnu et protégé par des traités internationaux qu’elle-même avait ratifiés, le mépris affiché à l’égard desdits traités, ramenés au rang de « chiffons de papier » par le chancelier Bethmann-Hollweg, ne constituaient pas seulement unepour lire la suite…

Portraits de professeurs

Alexandre Mérignhac (1857-1927), une voix de la paix internationale

Officier de la Légion d’honneur, officier de l’Instruction publique, chevalier du Mérite agricole, commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique, chevalier de la couronne d’Italie ; les décorations sont nombreuses mais le regard paraît mélancolique. À qui s’attarde devant le tableau le représentant, Alexandre Mérignhac, de nos jours bien oublié, offre une image contrastée car, en son temps honoré tant nationalement qu’internationalement, il a en revanche connu bien des désillusions dans son constant combat, sinon en faveur d’une totale éradication de la guerre, du moins au profit de sa codification et de l’instauration d’instances internationales de maintien de la paix. Né à Toulouse le 21 janvier 1857, ce fils d’avocat soutient à l’âge de 20 ans sa thèse de doctorat consacrée au Droit de suite par hypothèque en droit romainpour lire la suite…

Portraits de professeurs

Louis Renault : légitimer le droit international en France

Ce fils de libraire né en 1843 fait son droit à Paris et sort diplômé en 1861. Professeur de droit romain et de droit commercial à l’université de Dijon (ce dernier domaine étant aussi celui de son collègue Charles Lyon-Caen, également né en 1843, et avec lequel il co-rédigera un livre), il supplée Charles Giraud pour le cours de droit des gens à la faculté de Paris, avant de lui succéder, en 1888. Il enseigne aussi à la nouvelle École libre des sciences politiques, qui fut un vivier pour les internationalistes français. Jurisconsulte au Quai d’Orsay dès 1890, représentant de la France aux conférences de la paix de La Haye de 1899 et 1907, membre de l’Institut de droit international depuis 1882, son aura granditpour lire la suite…